étudiant COVID 19 et Troubles alimentaires

Ma vie d’étudiante au temps du Covid et mes TCA

J’ai proposé le témoignage à Céline car je trouvais que ce sujet n’avait pas été assez abordé.

Je m’appelle Cassandre, j’ai 23 ans et je suis étudiante dans le sud de la France.Je vis très mal cette dernière année scolaire.

En tant qu’étudiants nous nous retrouvons dans un brouhaha, un nuage tout noir et nous ne savons pas ce qu’il va advenir pour nous.Nous avons fait des cours en présentiel, puis ensuite en distanciel, et moitié présentiel/distanciel. Déjà là ce n’était pas optimal pour nous. Me concernant, j’ai de la chance mes parents n’habitent pas loin de l’université. Cependant, j’ai des copines qui ont du remettre en location leur appartement et qui ont du rentrer chez les parents qui n’habitent pas à proximité. Une vraie catastrophe.

J’écris aujourd’hui car je suis dans une très grande détresse. Je souffre d’anorexie depuis un peu plus de 3 ans. Jusqu’à la covid, je peux dire que ça allait. J’étais un peu dans le déni de la maladie. J’étais mince, je contrôlais, je me trouvais potable… ça allait à peu près. Depuis le début de cette crise sanitaire, je suis très angoissée, très stressée. Plus de lien social, moins de sport, moins de tout… S’ajoute à ça une grande inquiétude sur mon futur. Suis-je en train d’étudier pour rien ? .. J’ai commencé à voir un psychiatre l’année dernière. Je suis sous anti dépresseur mais j’avoue que pour le moment le moral n’est pas là.

Je constate que je fais de plus en plus de crise de boulimie. Parfois je me fais vomir, parfois je prends des laxatifs.

Tout devient très compliqué.  Je suis maintenant consciente que je suis vraiment malade. Mes études partent en sucette, je ne vois plus mes amies, la relation avec mes parents devient hyper compliquée car rien ne va.

J’ai l’impression que les universités essaient de faire des efforts pour limiter au mieux la casse mais ça ne suffit pas.

vie étudiante

J’ai essayé d’appeler les plateformes d’écoute gratuites mais la plupart du temps ça ne répond pas et je n’arrive pas à avoir le même interlocuteur. Donc c’est vraiment pas évident.

J’ai fait une consultation en CMP mais je me suis vite arrêtée car l’infirmière ne me comprenait clairement pas. Dernièrement j’ai essayé de me renseigner à propos des chèques psy mais là aussi c’est pas facile de trouver un psychologue auprès de qui on peut en bénéficier et il y a tout de suite de l’attente.

Bref j’ai l’impression de m’enfoncer et que le sable coule sur moi et bouche la lumière.

Je suis au bout du bout.

La vie d’étudiant est une catastrophe et avec mes TCA, la situation devient vraiment critique.

J’espère sincèrement que l’année prochaine sera différente et que je vais pouvoir rapidement commencer un accompagnement qui me convienne.

Je ne suis pas là pour me plaindre, loin de là.Si vous non plus vous ne vous sentez pas au plus haut, ne culpabilisez pas. Je pense que le contexte est un nid de mal être.Nous allons tous passer cette épreuve et faire au mieux pour en ressortir plus fort. Du moins je l’espère.

Bon courage pour vos examens.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email